Select Page

Le lien émotionnel

Le quoi?

Cette structure anatomique constituée de tissus conjonctifs, est en fait un seul et même tissu en continu.  Le fascia est distribué uniformément à travers tout le corps.  Il enveloppe et interagit avec les vaisseaux, les nerfs, les méninges, les os, les muscles ainsi que les viscères.  Son rôle est d’offrir forme  et support à ces diverses composantes anatomiques.

Mais bien au-delà de son rôle premier, le fascia sert de voie de communication entre les divers éléments qu’il dessert.

BONNE nouvelle

Nous savons maintenant que la composition du continuum myofascial est riche en récepteurs.  Ceci implique qu’il possède bel et bien la capacité d’influencer certaines zones cérébrales responsables du contrôle émotionnel.  C’est ainsi, que  lors de son traitement en clinique par diverses approches manuelles, nous pouvons souvent en observer les impacts positifs.

Le fait de pratiquer des exercices tel le yoga ou le stretching favorise également le relâchement du fascia.  Nous n’avons qu’à s’observer après une telle séance:  le bien-être parle de lui-même.

LA CLINIQUE AU DEVANT DE LA SCIENCE

Tout praticien qui s’intéresse au traitement des fascias aura depuis longtemps observer les bénéfices au-delà de la structure même.  Augmentation des douleurs, apparition soudaine de nouveaux symptômes, états émotionnels perturbés ou améliorés, mémoire d’anciens traumatismes physiques ou psychiques.  Ceci, de façon bien temporaire afin de faire place à un nouvel équilibre.

Et comme la Nature se montre toujours bienveillante lorsque nous nous y adressons de cette même façon, ces informations du corps et de l’esprit nous mènerons progressivement vers la cause première du déséquilibre.  On ne pourra jamais sur-traiter une restriction myofasciale.  Du moment que la structure aura repris sa pleine longueur, elle ne répondra plus au traitement.

SE CHOISIR 

Ce qui importe suite à une telle réponse au traitement sera bien entendu de respecter le message et le messager.   Se donner à soi-même le temps nécessaire afin de retrouver son équilibre et souvent par la suite, moins de douleur, davantage de mobilité, de souplesse et d’alignement.  Ceci, à l’intérieur de chacun des corps: physique, émotionnel et mental.  Oui, libérer le fascia fait aussi le plus grand bien au hamster qui tourne dans sa roue tout au fond du mental.

On aura beau vouloir atteindre la zénitude, tant que notre corps transportera ses blocages, très réels, physiques et totalement observables, nous demeurerons prisonnier du Mythe de Sisyphe, qui inlassablement remonte son rocher vers le haut de la montagne.  Fort heureusement, de simples solutions existent.

Source :    pubmed

Nathalie Harnois, physiothérapeute

895, boulevard des Laurentides, Piedmont, QC  J0R 1K0

Tél : 450-820-4200