Select Page

LA PHYSIOTHÉRAPIE: PETITE HISTOIRE D’UNE GRANDE PROFESSION

C’est lors des grands conflits armés du vingtième siècle que la profession de la physiothérapie aura connu son plus grand développement. En effet, les deux Grandes Guerres Mondiales auront permis cette avancée.  Ceci par l’élaboration de méthodes d’exercices, de mobilisations et d’appareils de diverse nature destinés à la réadaptation physique des soldats blessés au combat. 

MAIS DÉJÀ BIEN AVANT

L’histoire nous apprend toutefois que certains traitements d’hydrothérapie, de massage, d’exercices et de respiration existaient déjà autour de 1000 avant J.C.  On a pu répertorier ceux-ci en Inde, en Chine et chez les Grecs. 

Hippocrates, père de la médecine, explique les bienfaits de l’exercice connu comme Ars Gymnastica (Art de la Gymnastique) afin d’améliorer certaines conditions, cela autour de 500 avant J.C.

Déjà en 1894, le Royaume Uni, encore de nos jours chef de file dans le domaine, reconnaissait la physiothérapie comme une branche spécialisée de la profession d’infirmière. En 1914, un premier programme éducationnel voyait le jour aux États-Unis, au Reed College de Portland.

QUAND LE MALHEUR FRAPPE 

L’épidémie de polyomyélite qui malheureusement sévissait en 1920 a largement contribué à la reconnaissance de la physiothérapie à titre de profession.  De ce fait, les soins dispensés à ces patients devenaient déterminants pour leur récupération. De nombreux travaux ont alors permis de mieux comprendre la réponse des systèmes neuro-musculo-squelettiques aux traitements et exercices dirigés.

DES INSTITUTIONS VOIENT LE JOUR

C’est lors de la Seconde Guerre, que des cliniques spécialisées à la réadaptation physique des soldats furent mises sur pied.   On voit apparaître des services de physiothérapie à l’intérieur des milieux hospitaliers dès le début des années ’50.

ET DE NOS JOURS 

Aujourd’hui, la physiothérapie compte au Québec plus de 8000 membres, physiothérapeutes et thérapeutes en réadaptation physique.   Et ce n’est pas moins que 20 000 physiothérapeutes qui oeuvrent au Canada, d’un océan à l’autre au sein de divers milieux.  On les retrouvent en centres hospitaliers, cliniques privées, établissements de soins prolongés, équipes sportives et universités.

Les physiothérapeutes sont maintenant représentés sur les cinq continents, de la Moldavie aux Philippines, de la Norvège au Burkina Faso… C’est la World Confederation for Physical Therapy qui supporte et encadre le développement de la profession pour à ce jour plus de 200 pays.  Cet organisme permet ainsi la diffusion et le partage uniforme des connaissances. Ceci selon des critères solidement définis par la recherche scientifique.  Avec le souci que chacun puisse bénéficier des meilleurs soins, selon les guides établis des meilleures pratiques.                    

Devenir physiothérapeute aujourd’hui, requiert une formation universitaire de 2ème cycle du niveau de la maîtrise. Comme tout professionnel, membre d’un Ordre reconnu, les physiothérapeutes sont par la suite tenus de maintenir leur pratique à jour.  Ils le font en assistant de façon régulière à un certain nombre d’heures de formation continue et ce tout au long de leur carrière. 

La physiothérapie : une profession dynamique, en mouvement et évolution perpétuelle, stimulante, humainement enrichissante et combien aidante!

Sources:  

Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec
World Confederation for Physical Therapy
www.newswire.ca
www.news-medical.net                                                                          

Nathalie Harnois, physiothérapeute

895, boulevard des Laurentides, Piedmont, QC  J0R 1K0

Tél : 450-820-4200